Un bilan positif

Un bilan complet de la législature est en cours de rédaction et sera bientôt transmis aux citoyens via les moyens de communication mis en place par RPF (voir chapitre communication). Quelques éléments-phares peuvent néanmoins être, dès à présent, mis en évidence. L’un des moteurs récents du développement floreffois est sans conteste l’adhésion au Plan Communal de Développement Rural (PCDR) et la constitution de la Commission Locale de Développement Rural (CLDR), véritable plateforme mixte, citoyenne et politique. On lui doit une réflexion pertinente sur l’essor de Floreffe et des propositions que la majorité en place s’est efforcée de porter politiquement et de réaliser.

Le réaménagement du centre de Floreffe s’impose bien entendu au rang des projets ambitieux d’évolution à long terme. On pointera également, sans que cette liste soit exhaustive, la construction d’une crèche à Franière, le réaménagement du site du colombier, la mise en place d’un pôle touristique (halte nautique, parking motorhomes, accueil et location de vélos électriques) et d’un lieu de convivialité (agora) sur l’ancienne dalle du port autonome (désormais Rives du Nangot), la construction d’une nouvelle buvette pour le club de football, …

Un focus particulier a été mis sur l’environnement et la cohésion sociale via le Plan Communal de Développement de la Nature (PCDN) et le Plan de Cohésion Sociale (PCS) auquel on doit l’ouverture d’une épicerie sociale.

La culture et le tourisme ne sont pas en reste. Pour ce qui concerne la culture, outre le renforcement d’une politique de proximité, des expositions ambitieuses ont attiré l’œil sur Floreffe à l’international. Chemin inverse pour le tourisme qui, après avoir porté l’attention hors frontières, notamment avec les itinéraires culturels européens ou les infrastructures pour tourisme itinérant, s’est tourné vers le tourisme participatif et citoyen avec le concept de Flory, la statue devenue héros d’aventures familiales et scolaires. De nombreux aménagements ont été consacrés au « bien vivre » du citoyen mais on pointera particulièrement, en termes de sécurité, l’aménagement de la RN90 et dans le domaine des liens sociaux, la Maison du Part’âge. Pour l’ensemble de ces dossiers, des investissements importants (10 millions d’€) ont été nécessaires. Ils ont toutefois bénéficié de 37% de subsides.